Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
10 septembre 2013 2 10 /09 /septembre /2013 15:35

Après nous avoir régalés ici avec ses quatre premiers chapitres, Marie-Lolita s'est associée à d'autres camarades et ils alimentent désormais leur propre blog !

 

Bravo à eux , et bonne écriture collective. Rejoignez-ici Le clan des enfers  !

Repost 0
Published by noslecturesannefrank.over-blog.com - dans Collégiens graines d'écrivains
commenter cet article
31 janvier 2013 4 31 /01 /janvier /2013 13:20

C’est encore Pénélope qui nous raconte une drôle d’histoire, poétique, pleine de suspens et à la limite du paranormal… Ne serait-ce pas ça, le « genre fantastique » ?

 

La couleur de cette chose était si noire, noire comme l'enfer...

La chaleur était lourde, le temps, on ne pouvait même pas l'expliquer.

C'était le hasard de tout :

Je me suis levé de mon lit, il était seulement 4 heures….

Mais comme par hasard, une chose m'avait poussé à me lever

et à aller à la cuisine, mais j’y suis allé naturellement comme si rien ne m'avait poussé à y aller.

Mais j'avais oublié que dans la cuisine il y avait cette fenêtre et  que d'ailleurs elle menait à endroit précis.

Ce n'était pas mon jardin, c'était le jardin de la maison d'en face, mais maintenant, il n’y a plus personne. Mais souvent, je vois cette petite fille passer toute la journée, elle essaye d’entrer dans la maison inhabitée ou bien si elle n'y arrive pas, alors elle reste dans le jardin et elle regarde cette fenêtre, celle là même à travers laquelle je regarde.

 

Soudain je me retourne et je vois deux vers qui tombent de leur place, je vais les ramasser.

Une fois que les bouts de vers sont ramassés, je retourne vers la fenêtre, et je revois cette petite fille. Cependant, devant elle une chose me cache la vue. On dirait un homme. Un homme justement qui est en train de la viser par un pistolet. Je ferme mes volets, soudain j'entends le coup de pistolet partir.

J’ouvre à nouveau mes volets car ceci me paraissait inquiétant, et ce que je vois, c'est la petite fille toujours à sa place. J'aurais cru qu'elle se serait fait tirer dessus, mais non, elle est toujours là.

 

Ses yeux visent un endroit dans le vide, vers moi en tout cas, voire légèrement à côté. Je me retourne sans trop savoir pourquoi, mais tout me semble normal, je préfère donc ne pas m’en faire.

        Pénélope

 

 

Repost 0
Published by noslecturesannefrank.over-blog.com - dans Collégiens graines d'écrivains
commenter cet article
30 janvier 2013 3 30 /01 /janvier /2013 09:12

Nous l'attendions, le voilà : Marie-Lolita s'est remise à l'écriture pour notre plus grand plaisir !

 

IV : Le départ vers une contrée inconnue.

Scorpion Enflammé, Lune Argentée, Mamba Noir, Démon des Enfers et Cerbère rentrèrent de leur patrouille de chasse avec une quinzaine de mulots, une belle dizaine de lapins, quelques oiseaux, et du poisson, de quoi faire un bon banquet. Démon des Enfers, lui, peut maîtriser le feu, et donc, cuire le gibier. C'est toujours meilleur quand c'est chaud. J'offris un poisson, un lapin et deux mulots cuits aux invités.

« Tenez, restaurez-vous, dis-je, vous aurez sans doute besoin de toutes vos forces si nous combattons le Clan du Désespoir.

- Merci infiniment, mais, qu'est ce que c'est ? Ça sent meilleur que le gibier que l'on chasse sur notre territoire, demanda Gardien des Profondeurs.

- C’est normal, quand le gibier est chauffé suffisamment avec le feu, le goût est bien meilleur, leur expliquai-je.

-          C'est délicieux, merci, dit Lune du Soir.

-          Ce n'est pas moi qu'il faut remercier, mais Démon des Enfers.

-          Et bien, merci à lui, mais au fait, où est Cœur ? Demanda Lune

-          Je l'ai vu discuter avec Petit Ange, mais je m'inquiète un peu, dis-je

-          Pourquoi ? Ce n'est qu'un chaton innocent, dit Gardien des Profondeurs

-          Il est très fort pour convaincre, supplier, et entraîner les autres dans des endroits vraiment... impensables.

-          Ah d'accord, dit Gardien, tiens ? Ils quittent le camp, s’il est vraiment comme ça, on ferait mieux de les suivre, non ?

- Oui, on ne sait jamais, de plus, s’il refait des bêtises, je reporte son baptême à plus tard. Allons-y, je m'inquiète, c'est mon petit frère, quand même.

- Oui, allons y... désolé, ce n'est pas à moi de dire ce que vous devez faire, s'excusa Lune du Soir

Je quittai le camp en compagnie des deux étrangers, tout en suivant les traces de Petit Ange et de Cœur du Crépuscule, ils se dirigèrent vers un endroit que j'adore, bien qu'il soit en plein cœur du Bois Fantôme. On l'appelle ainsi car il est toujours entouré de brume, l'endroit où ils se dirigent se nomme le Lac d'un Jour. Ce n'est pas vraiment un lac, c'est plutôt une immense flaque d'eau, qui n'apparaît seulement après une forte pluie, or, il se trouve qu'une pluie assez forte pour qu''apparaisse le Lac, on en a eu une pas plus tard que ce matin. Je me demande ce qu'ils vont faire là-bas, heureusement, le camp n'est pas très loin, je devrais avoir le temps de les ramener sans que l'on remarque mon absence. Mais j'étais tellement perdue dans mes pensées que j'en avais oublié de suivre les traces du fugueur et de l’inconnu. Heureusement, on entendit un plongeon, le lac n'était plus très loin. On entendit des voix assez proches.

«Allez, viens, l'eau est super bonne, et puis, ce n'est pas profond, dit une voix qui ne m'était que trop familière.

-          non, je ne suis qu'un inconnu, je n'ai pas envie de faire mauvaise impression à ton Clan, petit, et puis, tu m'as dis que c'était ''juste pour regarder'' pas pour s'y baigner, répondit Cœur du Crépuscule.

-          Allez, c'est qu'on petit plongeon, tu ne vas pas me dire que tu as peur de l'eau, si ?

-          Quoi ? Non, je suis du Clan des Mers, quand même.

-          C'est quoi une mer ? C'est de l'eau ? C'est du feu comme au fond du trou de la montagne ?

-          Non, une mer, c'est comme une rivière, mais avec une seule rive, et l'eau est salée.

-          Ah ok, et tu n'es jamais allé dedans ?

-          Non, pourquoi cette question ?

-          Parce que ça veut dire que tu as peur de l'eau ! Trouillard, trouillard, trouillard !

-          Sale petit... attends-moi, tu vas voir ! Dit Cœur du Crépuscule juste avant de se préparer à sauter dans l'eau.

Je me décidai à intervenir et arrêter cette idiotie.

-          Stop, c'est bon, on se calme... Petit Ange, tu n'es même pas apprenti, tu n'as pas le droit de sortir du camp, et il me semble t'avoir puni, non ?

-          Mais quoi ? C'était juste pour lui montrer le lac, c'est bon, dit le chaton en faisant la moue.

-          Allez, on rentre, et tu demanderas à Démon des Enfers de te sécher avec du feu, dis-je avec un sourire en coin.

Sur le chemin du retour, Petit Ange n'arrêtait pas de questionner Cœur du Crépuscule sur le Clan des Mers, le territoire, le gibier, et le mode de vie, ça me permit d'en apprendre un peu plus sur eux.

« et c'est quoi les méchants animaux qu'il y a dans le territoire ?

-          dans l'eau, il y a des méchantes créatures, elles sont toutes transparentes et te piquent avec des fils, tu peux en mourir, ça s'appelle des méduses.

-          Et c'est bon à manger ?

-          Je ne sais pas, on a jamais essayé, mais ça n'as pas l'air bon...

-          on est arrivé, annonçai-je, Petit Ange, va te sécher, en attendant, je vais m’occuper des autres chatons, d'accord ?

-          Ah non ! Je veux être le premier baptisé, moi ! C'est pas juste, pourquoi toujours les autres avant moi ?!

-          Parce que tu fais trop de bêtises...

-          … pas vrai, j'en fais un peu, mais quand même !

-          Bon, ok, tu passeras en premier, mais si tu continue comme ça, je te refile à Cerbère

-          ah nan ! Pas lui, il me fait peur avec ses esprits qui volent autour de lui !

-          Bon, alors tu arrêtes...

-          d'accord.

-          Allez, va te sécher, je ne le répéterai pas.

-          Et ben, c'est une sacrée boule d’énergie, celui-là, dit Gardien des Profondeurs.

-          Il à l'air d'avoir fait des bêtises toute sa vie, commenta Cœur du Crépuscule.

-          je sais y faire avec les chatons, mais celui-là, si un jour je devais m'en occuper, il me donnerait du boulot, dit Lune du Soir

-          ça, je ne vous le fais pas dire, il est tellement difficile à gérer, même mère n'arrive pas à s'en occuper, vivement qu'il soit apprenti, répondis-je.

-          À ce point ? Pourtant il est mignon comme tout... répondit Lune

-          il ne faut pas se fier aux apparences... dis-je,

Repost 0
Published by noslecturesannefrank.over-blog.com - dans Collégiens graines d'écrivains
commenter cet article
14 décembre 2012 5 14 /12 /décembre /2012 11:40

Attention, pensez à aller dans "Collégiens, graines d'écrivains" pour retrouver les deux premiers chapitres.

III : Le début de la prophétie

La nuit commence à tomber, pensais-je, c’est parfait, on pourra mieux repérer les fleurs de feu. Tout ce que je sais, c’est qu’elles sont orange et qu’elles projettent une lueur qui ressemble à une flamme. Pétale de Fleur raconte même que, une fois qu’elles sont mûres, s’embrasent, c’est celles-là qu’il faut trouver. Ange et moi marchons côte à côte,nous éloignant de temps en temps pour chasser un peu et nous redonner des forces. On arriva au pied du volcan, quand Ange me dit quelque-chose.

« Dit, Aigle je peux toujours t'appeler comme ça ?

-          Oui ?

-          Tu connais la légende, celle des 7 jours ?

-          Bien sûr, si un chef est brûlé, il faut attendre sept jours et sept nuits avant qu'un guerrier puisse retourner sur la montagne. Même un chaton la connaît, pourquoi ?

-          Étoile des Enfers a été brûlée, il n’y a que quatre jours, tu penses que …

-          Étoile m’avait choisi pour lui succéder, moi je t’ai choisie, donc, d’une certaine logique, on ne risque rien, et puis, ce n’est que pour quelques plantes.

-          Oui, tu as sans doute raison, et d’ailleurs …

-          Qu’est-ce qu’il y a ?

-          Prem’s ! dit-elle avant de piquer un sprint remarquable, vers une petite lueur orange.

-          Eh c’est pas juste ! Attends-moi ! criai-je pour qu’elle puisse m’entendre.

-          Première arrivée, première servie !

C’est ce qu’on va voir, vu que je maîtrise la magie, je me transformai en aigle, mon animal fétiche, et piquai vers la fleur qu’elle avait vue.

«  Tricheuse, tu peux te transformer en aigle, si c’est comme ça, gare à tes ailes.

Et sur ces mots, elle fit apparaître ses ailes d’ange et s’envola. Mais à peine ai-je eu le temps de faire un battement d’aile qu’Ange me dépassa, le meilleur moyen de gagner de la vitesse, comparée à sa technique, c’est un bon coup d’aile et un piqué. Je la dépassai haut la patte, mais, à cause de la vitesse, m’écrasai contre le sol caillouteux de la montagne, en ayant tout juste le temps d’attraper la fleur.

« Prem’s, tu disais... souriais-je.

-          Oui, avant que tu ne te transformes en aigle, répondit-elle un petit sourire aux lèvres.

-          On s’en ramasse cinq chacune, d’accord ? Demandai-je.

-          D’accord, mais, et elle ? demanda-t-elle en désignant la petite plante de feu.

-          Tiens, tu en aura toujours une de moins à ramasser, bon, on part chacune de notre côté ou on fait la cueillette ensemble ?

-          Ensemble, je me méfie toujours de la légende, de plus, il y a plusieurs endroits rattachés à une légende sur notre territoire.

-          D'accord, on commence par les petites grottes, il y a toujours quelques fleurs.

-          Compris, celle-là dégage une faible lueur orange, on tente notre chance ?

-          Comme vous voulez, mais faites vite, dit une voix derrière nous.

On fit volte face.

-          Saule Blanc, qu’est-ce que tu fais ici ? et tes chatons, ils doivent t’attendre.

-          Ne t’en fais pas pour eux, dit-elle en plissant les yeux, comme pour rire, il sont en train de jouer avec Petit Ange à chasser les insectes qui logent dans les buissons du camp, et je…

-          Retourne vite au camp, tel que je connais mon petit frère, ils sont déjà loin de la pouponnière, à chasser les renards, plutôt que les cafards et les fourmis, dis-je en lui coupant la parole.

-          Mince, oui, c’est vrai, tu peux venir, je pense qu’ils t’écouterons.

-          Qui ? les chatons ? Demanda Ange des Enfers.

-          Non, des guerriers, je pense, ils se sont introduits sur notre territoire, personne ne les connaît.

-          Ange, tu veux venir ou cueillir les fleurs ?

-          Je viens, je pense que ce sera mieux.

-          Oui, tu as sans doute raison, dis-je en prenant la fleur de feu entre mes crocs.

Saule Blanc, Ange des Enfers et moi nous dirigions vers le camp, quand des voix retentirent.

« Ennemis en vue, à l’attaque, les chatons et les anciens, cachez-vous, nous allons les combattre.

-          Oui Étoile de l’Ange, compris, je m’occupe de celui qui est en tête.

-          A l’attaque !

Et sur ces mots, Petit Ange, Petit Écureuil, Petit Cœur et Petite Flamme sortirent des buissons et nous attaquèrent. Petit Écureuil me sauta dessus et me mordit à la nuque, ce n’est qu’un chaton, il n’a pas assez de force dans les mâchoires pour faire vraiment mal. Mais, alors que je ne m’y attendais pas, il se mit à griffer mon épaule. Je fis un mouvement du cou et le petit chaton roux glissa de mon dos, mais resta accroché à ma nuque. Il n’avait pas bougé et resta pendu à ma gorge, tout en continuant à me griffer.

« Mais qu’est-ce que vous faites ? Ça va pas ou quoi ?! Petit Ange, tu m’avais promis de rester au camp, qu’est-ce que ça veut dire ?!

-          Ah mince, désolé grande sœur, je ne vous ai pas reconnus, je croyais que c’était d'autres ennemis, désolé, dit le petit garnement blanc en baissant les yeux.

-          Quels ennemis ?

-          Ceux qu’on a capturés, ils sont au camp, ils était forts, mais on les a battus quand même, répondit Petite Flamme en relevant le menton bien haut.

-          Et c’est moi qui les ai repérés, d’abord, dit Petit Cœur qui essayait de monter son menton plus haut.

-          Et qui a donné l’ordre d’attaquer ? c’est moi, les nuls, dit Petit Écureuil en tirant la langue.

-          Nul toi-même, parce que c’est moi qui les ai battus, toi tu es resté en arrière, d’abord, dit Petit Ange, qui essayait de faire le fier.

-          Normal, j’élaborai une stratégie, contrairement à toi, qui à foncé tête baissée.

-         

-          et toc, dit-il avec un sourire moqueur.

-          C’est bon ? vous avez fini de vous vanter de vos exploits ?! allez, on retourne au camp.

-          Tu ne vas pas nous punir ?

-          Ça dépend des intrus...

La pluie commençait à tomber quand on arriva au camp. Au milieu, Dragon Noir, Cœur Noir et Fleur Noire était près de trois chats inconnus, sauf que ces deux deniers étaient en train de se chamailler, pour une broutille, comme toujours.

« ET TU TE CROIS MEILLEUR QUE MOI ? MÔSSIEUR SE CROIT TOUT PERMIS, ON DIRAIT !!!

-          MOI AU MOINS JE NE SUIS PAS UNE VIEILLE GATEUSE, RETOURNE CHEZ LES ANCIENS, TES TIQUES DOIVENT T’ATTENDRE !!!!!

-          ET TOI, VAS CHEZ TA MERE, ELLE T’ATTEND POUR QUE TU REJOIGNES LE CLAN DES ETOILES, AU MOINS CA NOUS FERA DES VACANCES !!!!!!!

-          Allons, tu n’aimerais pas perdre ton frère chéri, si ?

-          Espèce de sale…

-          Je sais, je suis gentil avec ma peste de sœur casse patte et surtout…

Il n’avait pas fini sa phrase que Fleur Noire se jeta sur lui et le plaqua au sol en feulant. Cœur Noir lui martela le ventre, se releva et la mordit au cou. Elle se mit à courir vers un arbre et le percuta, puis des bogues tombèrent des branches  et atterrirent sur eux. Ils prirent la fuite, la queue entre les pattes.

« Battus par un châtaigner, quelle honte, dit Saule Blanc, surtout pour une broutille.

-          TOI, OCCUPE-TOI DE TES AFFAIRES ET RETOURNE NOURRIR TES GOSSES, rétorquèrent les jumeaux.

-          Tiens, Étoile d’Aigle, je ne pensais pas que tu reviendrais si tôt, tu as déjà ramassé toutes les fleurs de feu ? demanda Pétale de Fleur, ou c'est pour les visiteurs ?

-          C’est pour les intrus. C’est eux ? répondis-je en pointant les nouveaux venus du bout de la queue.

-          Oui, c’est Petit Ange qui les a capturés, tu peux être fière de lui, il mérite d’être apprenti.

-          Vous êtes chef de ce clan? demanda un des étrangers, un chat maigre, noir et blanc, haut sur pattes, et avec quelques petites griffures sur l'oreille.

-          Oui, c’est à quel sujet ?

-          Nous venons vous demander de l’aide, nous vivons dans la misère à cause d’un Clan sans pitié, sans foi ni loi, nous vous implorons votre aide.

-          Ça dépend des guerriers. Qui est d’accord ? Demandai-je en haussant le ton.

Presque tous les guerriers étaient d’accord, même les apprentis et les chatons, Petit Ange y compris. Le Clan tout entier criait des phrases comme ‘‘ils vont voir ‘‘  ''on va les transformer en chair à corbeau ’’ et d’autres du même genre. Quand une question ou même plusieurs me traversèrent l’esprit.

«  Au fait, j’aimerais savoir, comment vous appelez-vous ?

-          Oh, désolé, je m’appelle Lune du Soir, et voici Cœur du crépuscule

-          Enchanté noble chef, merci de nous aider, dit une petite chatte roux foncée avec une tache blanche sur le dos.

-          …Et Gardien des Profondeurs.

-          Ravi de vous rencontrer, s’inclina un jeune chat gris-bleu foncé.

-          Nous venons du Clan des Mers, et nos ennemis prétendent s’appeler le Clan du Désespoir. Ils chassent sur notre territoire, nous ignorons comment les repousser, ou au moins, faire en sorte qu’ils acceptent de respecter les frontières. Nous mourrons tous de faim à cause d’eux, si c'est  possible de partir au plus vite, je vous en serai reconnaissant.

-          Bien, que ceux qui désirent s’allier se préparent, Petit Ange, Petite Flamme, Petit Écureuil et Petit Cœur, votre baptême d’apprenti sera célébré au coucher du soleil, ainsi que le choix du lieutenant. Je me tournai vers Lune du Soir et les deux autres chats. Vous pouvez participer si vous voulez, nous organiserons un banquet, vous pourrez rester pour vous restaurer.

-          Merci infiniment, vous nous aidez, nous nourrissez, encore merci.

-          Ne vous en faites pas, ce n’est pas de votre faute, répondis-je en souriant.

-          D’accord, mais je tiens quand même à vous aider, à notre tour, si vous en avez besoin.

-          Après, j'aurai deux, trois choses à faire, dis-je, comme pour moi.

 

A suivre...

Repost 0
Published by noslecturesannefrank.over-blog.com - dans Collégiens graines d'écrivains
commenter cet article
14 décembre 2012 5 14 /12 /décembre /2012 11:37

II : chez la guérisseuse

 

Je n'en croyais pas mes oreilles, griffez-moi, je dois rêver, non, c'est impossible, tout a l'air si réel, je ne suis quand même pas... devenue chef de clan ?! Et si, on dirait, ce n'est pas possible. En plus, je pensais que c'était une blague, mais non, les chefs ont bel et bien une étoile ou une lune sur le front, je pensais que c'était de naissance, moi. Je dois avoir une sale tête, moi, maintenant.

   Tout le trajet je réfléchis à mon devoir de chef, quel lieutenant choisir, Ange des Enfers serait toute appropriée à ce poste, quelles patrouilles organiser, et d’autres trucs qu’un chef doit faire. Quand, une fois arrivée au camp, la voix d’Ange des Enfers me tira de mes pensées.

«  Eh oh, y a quelqu’un la dedans ? dit-elle pour plaisanter.

-          Maintenant oui, répondis-je en souriant, qu’est-ce qu’il y a ?

-          Maintenant que tu es chef, tu vas nous laisser tomber, moi, Scorpion Enflammé, Mamba Noir, Démon des Enfers et Cerbère ?

-          Mais non, et dès qu’on en aura l’occasion, on se fera des parties de chasse jusqu’à avoir assez de gibier pour faire un festin.

-          D’accord, mais à une condition, dit-elle d’un ton qui me faisait penser à du chantage.

-          Laquelle ? demandai-je.

-          Tu me laisses devenir lieutenant, sinon, pas de chasse, ni de patrouille, répondit-elle, avec une innocence de chaton.

-          J’en avais bien l’intention je voulais te le proposer au coucher du soleil.

-          Youpi !

On rit, amusées par la gaieté d'Ange, quand Serpent Noir arriva en haletant.

-          Étoiled’Aigle… il faut … qu’on te parle… Pétale de Fleur… et moi.

-          Que se passe-t-il ?

-          Une vision … du Clandes Étoiles.

-          D’accord, j’arrive, je me tournai vers Ange des Enfers, désolé, je reviens tout de suite.

Je suivis l’apprenti guérisseur jusqu'à la tanière de Pétale de Fleur, d’où s’échappaient des odeurs d’herbes fraîches et d’autres séchées, je ne supporte pas d'y rester trop longtemps, car, vu qu’il fait souvent frais, quand on en sort, on a l’impression d’être en pleine Saison des Feuilles Vertes, alors qu’on est près de la Saison des Neiges. Heureusement, pour la dure saison, les guérisseurs posent une sorte de muraille pour que le froid n’entre pas, une petite ouverture permet aux chats d’y entrer et d’en ressortir, et, comme chaque année depuis que mon petit frère l’a attrapé, et en est réchappé de justesse, je prie le Clan des Étoiles pour que les chatons et les apprentis n’attrapent pas le mal blanc, je l’ai attrapé, et croyez-moi, c’est une maladie terrible. Pétale de Fleur m’attendait.

« Que ce passe-t-il ? Demandai-je, inquiète.

-          ‘‘ les jeunes chattes des ténèbres et de la lumière, un clan inconnu, aideront, et une alliance se créera pour affronter sang et désespoir ’’ voilà ce qu’ils ont dit, tu as une idée ?

-          Moi pas comprendre Clan des Étoiles, dit Serpent Noir pour rigoler et détendre l’atmosphère, mais ça ne fit qu’alourdir l’air.

-          Ce n’est pas marrant DU TOUT, Serpent Noir, gronda Pétale de Fleur, d’habitude si calme, TU N’EST PLUS UN CHATON !!! pardon, je me suis laissée emportée, tu ne sais vraiment pas, Étoile d’Aigle ?

-          Aucune idée, je suis nulle aux devinettes, surtout celles du Clan Des Étoiles, répondis-je avec un sourire triste et honteux.

-          Chat-ténèbres ici, dit Serpent Noir en me pointant avec sa queue, et chat-lumière écouter derrière barrière de branche.

-          Crotte de souris, grillée, dit Ange Des Enfers.

-          Ange, pourquoi est-tu là ? demandai-je.

-          Le soleil est presque à midi et tu n’es pas revenu, puis j’ai entendu crier, et je me suis approchée, désolé Étoile d’Aigle, répondit-elle en s’inclinant.

-          Allez, pas de manière avec moi, ne t’inquiète pas, mais, à mon avis,  Serpent Noir a raison.

-          Moi toujours être très fort à devinette, dit-il d’un sourire satisfait.

-          Mais arrête avec ça, c’est amusant une fois, mais pas trois, répondit Pétale de Fleur, qui commençait à perdre patience, tu peux y aller Étoile d’Aigle, je vais essayer de réfléchir à la prophétie.

-          D’accord, je vais organiser une patrouille de chasse, tu as besoin de certaines plantes ?

-          Le froid arrive, si tu peux me ramener quelques fleurs de feu, tu me sauves la vie et celle des futurs malades.

-          Tout de suite, elles poussent près de la montagne, c’est ça ?

-          Oui, mais fait attention de ne pas te brûler, et aussi de l’eau de la rivière si possible, pour affaiblir les fleurs de feu afin de les déplacer.

-          D’accord, je reviens quand le soleil déclinera.

-          Parfait, ça me convient.

Je la saluai d’un signe de tête; bon, tout d’abord, chercher Lune d’Argent et Scorpion enflammé, les meilleurs chasseurs du Clan, Cerbère, Mamba Noir et Démon des Enfers nous aiderons à chasser, et si le Clan Des Cieux  nous attaque, on ne sera jamais de trop. Ensuite, faire un tour rapide près de la Montagne du feu Éternel pour ramasser des fleurs de feu. Mince, j’ai oublié de lui demander combien, une dizaine devrait suffire pour le camp. Après, chercher de l’eau à la rivière, et re-mince, je n’ai rien pour transporter l’eau, quelle cervelle de souris je fais. Une fois réunis les sept guerriers, je sais, c’est beaucoup pour une simple partie de chasse, mais bon. Je m’apprêtais à partir, quand Serpent Noir arriva avec une espèce de récipient fait avec la terre de la Vallée d’Argile.

« Tiens, ch’est pour mettre l’eau, déjolé du retard, mais, chinon, comment tu vas faire pour la ramener jusqu’au camp ?

-          Merci, juste à temps, remerciai-je, au fait…

-          Oui ? dit-il en déposant le récipient au sol.

-          Dit à Pétale de Fleur que je ramène une dizaine de fleurs de feu, d’accord ?

-          Tout de suite, dit-il en abandonnant l’objet de terre, et bonne chasse.

-          Merci, je le pris et le mis sur mon dos, puis me tournai vers la patrouille, on y va ?

-          Oui, le soleil projette ses derniers rayons, il nous faudrait à manger pour demain matin, dit Cerbère.

-          pas question de commencer la journée le ventre vide dit Mamba Noir.

-          Bon, on y va, je vous explique le trajet, d’abord, il faut que j’aille à la montagne, puis rapidement à la rivière, et après, on a tout notre temps pour chasser, d’accord ?

-          Mais pourquoi chasser après, et pas avant ? demanda Lune d’Argent, ce serait plus simple.

-          Non, au contraire, vu que c’est plus loin, on prendra plus de temps pour rentrer.

-          Ah oui tiens, c’est vrai, désolé Étoile d’Aigle, s’excusa la chasseuse argentée, je ne suis vraiment pas futée on dirait.

-          Tu n’as pas à t’excuser, dis-je en souriant, ou alors, pour faire plus simple je peux y aller seule, si ça vous dérange de faire le chemin. Je vous rejoindrai une fois que j’aurais fini, je pense que c’est mieux de faire comme ça.

-          Je t’accompagne, tu auras peut-être besoin d’aide, dit Ange des Enfers.

-          D’accord, Ange m’accompagne, on se rejoint près de la rivière dans quelques minutes, d’accord ?

-          Compris, Étoile d’Aigle, répondirent-ils en chœur avant d’adresser un signe de tête et disparaître dans les fougères.

Ange et moi allons du côté opposé, quand une voix enfantine retentit, j’espère que ce n’est pas ce que je pense, mais si c’est le cas, et j’en suis presque sûre, ça va barder pour lui.

«  tu paries combien que c'est cet imbécile auquel je pense ? Demandai-je à Ange.

-        trois mulots, ou deux oiseaux, dit-elle en rigolant.

-        D'accord, un poisson ou deux pour les anciens, répondis-je avec la même complicité.

-        Je suis le premier à avoir attrapé quelque-chose, je suis le meilleur chasseur des Clans et pas vous, hurlait une voix qui ne m'était que trop familière.

-          Tais-toi, tu effraies tout le gibier, et tu peux me dire ce que tu fais ici, Petit Ange ? personne ne t’as invité, il me semble, retourne au camp avant qu’Etoile d’Aigle ne remarque que tu nous as suivi.

-          Trop tard, Petit Ange, tu as attrapé ta toute première proie, bravo, dis-je en souriant.

-          Merci grande sœur, ça veut dire que je vais être apprenti ?

-          NON, TU VAS RESTER AU CAMP JUSQU’ A LA PROCHAINE ASSEMBLEE…

-          Mais grande sœur, je voulais juste chasser et aider le clan.

-          …ET INTERDICTION DE SORTIR DE LA POUPONNIERE.

-          Mais, pourquoi ?

-          Par ce que je m’inquiète pour toi et que je n’ai pas envie de perdre mon petit frère, d’accord ? dis-je presque au bord des larmes.

-          Oui grande sœur, je resterais sage, promis, dit-il, en relevant le menton, fier comme un guerrier, et ayant bien compris le message.

-          Et n’oublie pas ta proie, lui rappelai-je.

Il prit le chemin du camp accompagné de Mamba Noir et de son mulot. Moi et Ange des Enfers reprenons le chemin de la montagne.

A suivre...

Repost 0
Published by noslecturesannefrank.over-blog.com - dans Collégiens graines d'écrivains
commenter cet article
14 décembre 2012 5 14 /12 /décembre /2012 11:07

chat073web

I : Un chef nous quitte

Quelque part, au fond d’une forêt, un cri retentit, c’était moi, Aigle Noir, lieutenant du Clan Des Enfers, et bientôt chef …

« Que se passe-t-il ? demanda Nuage de Démons, mon apprentie.

-          Étoile des Enfers est morte ! hurlai-je, pleine de désarroi.

-          Comment est-elle morte ? demanda Pétale de Fleur, la guérisseuse.

-          Une attaque surprise d’un étrange renard noir, elle s’est fait mordre à la nuque, dis-je entre deux reniflements.

-          Tu es sur que ce n’était pas un loup ? me demanda Ange des enfers, ma meilleure amie.

-          Non, j’en suis sûre, ni un loup, ni un chien sauvage n’était dans les parages, il n’y avait que l’odeur d’un renard.

-          Triste fin, surtout pour un chef, personne ne mérite ça, dit Serpent Noir, l’assistant guérisseur.

-          Mais alors, ça veut dire que tu vas devenir chef, grande sœur ? demanda Petit Ange, mon frère.

-          Oui, mais… c’est trop tôt, enfin, je veux dire… je ne pensais pas… bafouais-je.

-          COOL, MA GRANDE SŒUR, C’EST LE CHEF, NANANEREUH, hurla-t-il en bondissant partout.

Je rougis, embarrassée et honteuse, et surtout en colère, il n’as aucun

Respect pour les morts, je déteste ça, mais ce n’est encore qu’un chaton innocent.

-          Mais, ça veut dire qu’on ne verra plus Étoile des Enfers ? Ouin, c’est pas juste, je l’aimais bien, moi, pleurnicha-t-il.

-          Tu an enfin compris, ce n’est pas trop tôt, dit Cœur Noir, un guerrier égoïste.

-          Comment peux-tu dire ça ?! tu portes très bien ton nom, Cœur Noir.

-          Il suffit ! annonça Fleur Noire, il est temps de commencer les funérailles pour notre défunt chef, et préparez une escorte pour « Étoile d’Aigle » afin qu’elle se rende au Feu Éternel pour recevoir ses 9 vies et devenir chef. Merci d’avoir écouté mon message.

-          J’y crois pas, une incapable de chef crève à cause d’un vulgaire renard, une idiote prend sa place, et une vieille myope se permet de nous donner des leçons, où vas finir le clan, je me le demande.

-          MYOPE, PEUT ETRE, MAIS PAS SOURDES, MINABLE GUERRIER !!!

-          AH, PAR CE QUE TU TE CROIS LA MIEUX PLACER POUR DIRE CA, PEUT ETRE ?!

-          Ah non, pas encore, c’est la 5ème dispute aujourd’hui, fermez-la au moins une fois, quand même, dis-je, un peu agacée de leurs gamineries, vous êtes pires que des chatons qui se disputent pour savoir qui a gagné, vous deux ! non mais.

-          OH, TOI, ON NE T’AS PAS SONNEE, hurlait-ils en chœur.

-          Remarque, elle a raison, dit Pétale de Fleur, ça dure depuis 3 saisons déjà, combien te temps ça va encore durer ?

Cœur Noir s’apprêtait à répondre, quand Nuage Noir arriva en trombe.

-          Alerte ! Alerte ! Le Clan Des Cieux nous attaque !

-          Que faut-il faire Aigle Noir ? me demanda Ange des Enfers, ma meilleure amie.

-          Les chatons, les reines et les anciens, mettez- vous à l’abri, les apprentis et 15 guerriers, avec moi, annonçait-je d’une voix forte.

Mais à peine ai-je fini ma phrase qu’Etoile Céleste arriva, accompagnée d’une vingtaine de guerriers aguerris.

-          Bien le bonjour, jeune chef, ne t’en fais pas, je viens en paix, non en guerre, afin de célébrer les funérailles de ma défunte sœur.

-          Comment peux-tu savoir qu’elle est morte ?! c’est toi qui as ordonné au renard de la tuer, c’est ça ?

-          Non, c’est grâce aux liens entre frère et sœur que je l’ai compris.

-          Tu parles avec froideur de ta sœur de sang, monstre sans cœur, dit Petit Ange en tirant la langue.

-          Car elle nous a trahit, nous, le Clan Des Cieux, en rejoignant votre ‘‘Clan’’.

-          C’est toi qui nous as trahit, en nous quittant, nous, le Clan Des Enfers, alors arrête de passer pour une victime.

-          Bon, il est temps de commencer les funérailles.

Le Clan des Enfers et celui des Cieux se déplaça jusqu’à la Montagne du Feu Éternel, un volcan, qui, selon la tradition, les chefs doivent être brûlé dans la lave, afin que leur âmes se libèrent du corps mais avant, chacun dit ce qu’il a sur le cœur, en s’adressant aux étoiles, puis, lancer une pierre dans le volcan, le tour vint a Petit Ange, qui, n’ayant pas compris, dit :

-          Les étoiles, pourquoi il fait si chaud ici et pas au clan ? et pourquoi l’eau au fond de la montagne, ben, elle est orange et elle pue ?

-          Crétin de frère, t’as rien compris ! Boulet, j’aimerais bien te jeter dedans des fois !

-          Mais, grande sœur, je sais pas nager.

-          Mais il est bête, mais il est bête, mais il est VRAIMENT BETE PARFOIS, rageai-je, tu t’en fiche qu’Étoile des Enfers soit morte ou quoi ?

-          Ah non, ouinn je veux pas qu’elle soit morte, moi, je l’aimais bien, snif, pleurnicha-t-il.

Et, accidentellement, avec sa queue, envoya une pierre dans le volcan, c’est peut-être mieux ainsi, le tour vint a Cœur Noir, qui marmonnait quelque-chose d’incompréhensible, le regard neutre, et lança un minuscule gravier, Fleur Noire, quant à elle, fit un discours presque éternel, vint le tour de Pétale de Fleur, de Serpent noir et de mes amis, Ange des Enfers, Démon des Enfers, Cerbère, Mamba Noir, et Scorpion Enflammé, tous des guerriers puissants, rapides et agiles, enfin, vînt mon tour.

-          Étoile des Enfers, nous sommes tous très touché par ta disparition, moi surtout, qui suis, ou qui était, ton lieutenant, tous dépendais de toi, notre valeureuse chef du Clan des Enfers, à qui nous devions protections, nourriture, et un abri, qui, pendant les dures Saisons des Neiges, nous abrite du froid mordant, nous nourris, et nous protègent, je me sens prête à prendre la relève, merci de m’avoir écouté, vous, les 1000 étoiles qui peuplent le ciel et qui éclaire notre chemin.

Je lançais une pierre, mais pas n’importe laquelle, une pierre que j’adorais, une noire, avec un cœur blanc et des ailes nacrées, la 1ère pierre que j’ai découverte, quand j’étais chaton, elle tomba dans la lave, et, contrairement aux autres pierres, une forme blanche en sortit.

-          Étoile des Enfers, c’est toi ?! dit Petit Ange.

-          Oui, jeune chaton, je reviens pour parler à Aigle noir, te sent-tu prête à devenir chef du clan ? dit-elle en se tournant vers moi.

-          Mais… c’est trop tôt, je…

-          Au fond de ton cœur, je perçois une détermination particulière, je te repose la question, te sent-tu prête à devenir chef ?

-          O…Oui !

Je ne sais plus ce qu’il s’est passé ensuite, mais maintenant, je me sens plus forte, le clan acclamait mon nom, mais, un autre, qui est réservé aux…chefs

-          Étoile d’Aigle, Étoile d’Aigle !

-          Bien, je m’en vais rejoindre le Clan Des Étoiles, adieu, Étoile d’Aigle, nouveau chef du Clan des Enfers.

 

A suivre...

Repost 0
Published by noslecturesannefrank.over-blog.com - dans Collégiens graines d'écrivains
commenter cet article
13 décembre 2012 4 13 /12 /décembre /2012 14:12

 

               Pénélope a une amie française de Nouvelle-Calédonie. Celle-ci évoque souvent avec elle ses obligations face aux travaux domestiques. Cela est très courant dans son pays.

Le racisme dont est parfois victime son amie révolte Pénélope. En réaction, elle évoque dans ce récit de fiction à la fois le travail des enfants, et le conflit qui oppose une élève et un prof raciste qui donne toujours des corvées aux élèves de couleur.

  

La jeune fille en noir                     Un récit de Pénélope

  

 

Mai 2008 Amérique:

 

Je porte le voile, oui et alors ça vous pose problème ?

 

Je m'appelle Eragon. Je parle français et je suis d'origine canaque.

Quand j'étais petite ma mère m’a toujours dit que plus tard je devrai porter le voile, je l'ai fait jusqu'à maintenant.

J'ai 16 ans et je vie à Sandy, une ville en Amérique, je suis dans un lycée, un lycée de banlieue, les gens m'insultent parce qu'ils n'aiment pas les musulmans

J'ai été renvoyée à présent de ce lycée, et je me trouve maintenant dans un nouveau lycée, un lycée expérimental, là-bas les profs m'acceptent pour ma situation, mais les élèves ont encore du mal à réaliser qu'un musulman n'est pas forcément méchant, au point de le renvoyer.

 

Sinon à par ça, j'habite dans une Cité avec ma mère et mon frère.

Bientôt, dans ma tête, je me dis qu'il faudrait que je porte plainte pour toutes ces insultes qui durent.

Ça fait tant d'années qu'on me le fait que je commence à en avoir sérieusement marre.

Mais le juge n'y changera rien, vu que lui aussi est raciste…mais je ferai tout pour qu'ils m'acceptent telle que je suis.

 

Ma mère s'appelle « Kaiza », et mon frère Mohamed.

Ma mère fait tout pour me rendre heureuse et j'en suis fière, car elle y réussit, mais ce sont les autres. Ils gâchent tout le temps mes journées, ou alors ça devrait être aussi moi qui devrais changer.

 

 

Au lycée 15h30 :

 

Le prof regarda avec sérieux et d'un air suspicieux Eragon, car c'était la seule fille du look cité et qui portait le voile …

 

Eragon hocha la tête vers la droite, semblant ignorer son prof. Il tourna le regard à nouveau vers le frère de la jeune fille et comme toujours, il ne s’adressa pour les corvées qu’à eux :

 

-          Bien, Mohamed tu rangeras la salle à la sonnerie et toi, Eragon tu pourras faire le service des mots à donner à la sonnerie.

 

Eragon leva la voix et dit :

 

-          Chaque jour nous préparons le dîner ! Pourquoi serait-ce tout le temps à nous de faire les choses ?! C'est parce qu'on est métisse que vous dîtes ça ? ! Ce n'est pas une raison !

 

Le prof dit à nouveau :

-          mais non, mais…

Eragon ne le laissa pas finir sa phrase et partit avec son frère en récré.

 

Eragon tourna les talons, fit un pas en arrière, rentra à nouveau dans la salle et dit :

C'est quoi cette nouvelle discrimination des noirs et des musulmans ? Pouvez-vous m'expliquer ?

 

-        Vous voulez que je vous dise franchement ?!! Etre noir, peut-être est-ce ainsi chez vous, mais chez nous, ce n'est pas une qualité ! En tout cas, les noirs doivent respecter les horaires des cours, et travailler, pas comme vous !

-        Comprenez-vous qu'un noir ou un musulman peut effectuer plus de 5 heures de travail alors qu’il n'est qu'un enfant?! Et moi voyez-vous, j'en fais plus. Comme j’ai 15 ans, moi, je dois faire 10 heures de travail domestique.  En Nouvelle-Calédonie, il y a une loi dure pour le travail des enfants. Ax Etats-Unis, c’est règlementé, pas pour vous semble-t-il, très cher. J’ai quinze ans, je fais 10 heures de travail par jour ! Dans mon pays, des enfants meurent ! Pendant que je suis en train de parler et que là, dehors, des enfants jouent et crient ! Vous ne trouvez pas ça révoltant !

-        Retournez tout de suite dans la cour avant que j'appelle le principal, compris ?

-        Je comprends, et vous, essayez peut être de comprendre, vous n'êtes qu'un hypocrite, oui un vulgaire hypocrite qui accuse des enfants à cette heure-ci, et qui leur donne des corvées alors qu'ils travaillent déjà plus de 5 heures par jour, rendez vous compte, enfin réfléchissez !

-        Désolé mais votre ton, je ne l’accepte pas.

-        Ce n'est pas la question, en tout cas, essayez de comprendre et réfléchissez, au revoir.

 

Eragon claqua la porte d'un coup sec.

 

 

Le principal alla chercher en vitesse Eragon énervée qui marchait dans les couloirs. Après l'avoir retrouvée, il lui dit avec autorité, en lui tenant la main :

- Que je ne te voie plus filer comme ça compris ?!

-Mais monsieur comprenez, il m’ordonne toujours à moi et à…

 

Le principal ne la laissa pas finir :

 -Non je ne veux pas le savoir ! Un ordre est un ordre !!

 

Les mots peuvent blesser mais bien plus encore.

 

 

 

Repost 0
Published by noslecturesannefrank.over-blog.com - dans Collégiens graines d'écrivains
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de noslecturesannefrank.over-blog.com
  • : Ecrits d'élèves : poésie, critiques de lecture, écrits personnels et d'invention...leur part de fiction.
  • Contact

Recherche

Liens