Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
28 janvier 2014 2 28 /01 /janvier /2014 14:47

Travail sur les rimes, les champs lexicaux qui se développent…ou pas... Malgré tout, de nouveaux textes apparaissent.

 

Ivresse                                    Assailli par le temps

Ivre de nous                           Rien ne transparaît

Ivre de vous                           La vieillesse

Ivre de tout                                                     Thomas

Je m’enivre                                                   

            Thomas 

 

Mon père vous voici sur le départ, une route pour le grand voyage.  Le temps vous a sauvé.

Bon voyage vers les nuages.

                                               Thomas

 

 

Tu ronronnes quand je fredonne,

Quand je ne suis pas bonne avec toi tu me pardonnes

Quand une personne à la porte sonne,

Tu te caches, tu te disperses, comme du carbone

Aide-moi à rester moi-même.

 

                        Dorine

 

 

Ma sœur tu es mon bonheur

tu vis chez moi dans mon cœur

tu es mon second amour

tu es ma lueur, mon cœur

Luca

 

 

Merci Dorine pour la dédicace…

 

Tu voyages vers les nuages,

tu braves les interdits

seulement le mercredi

Ta chevelure étincelle,

pareille au soleil,

Tu aimes le cumin, tout comme le carmin.

Il est temps de partir, ton départ est pour bientôt.

 

                                   Dorine

 

 Tic tac tic tac tic tac le temps passe si vite.                Loubna

 


Au cœur du temps, mon voyage

dans les nuages

mon soleil éternel

personne ivre de bonheur

avec mon cœur,

ma sœur

pareille à moi

Sa joie de vivre m’enivre.

                                   Loubna

 

Personne âgée

Pleine d’amour et de beauté.

Dans leur cœur

Plein de bonheur

Leur départ bientôt

leur voyage dans les nuages

on les pleure tellement, indéfiniment

Elles resteront ici,

Dans nos cœurs, dans nos pleurs

Impossible d’oublier, leur bonté, leur rareté.

 

                                   Loubna

 

Dédicace de Loubna à Dorine

 

Elle s’appelle dorine

Une amie enfantine

Très jolie, très mimi

Un amour de trésor

Dans la nuit tu m’éclaires

Avec tes yeux de mer.

 

 

Cette fenêtre que je regarde

cache une intimité profonde,

joyeuse, affectueuse,

celle de l'amour.

 

Pénélope

 

 

Le cœur ouvre le bonheur, le bonheur ouvre l’amour.                      Manon

 

Un voyage, au-delà des nuages

et le soleil toujours pareil

Le temps

                        Manon

 

 

Amour et pardon

 

Toujours on aimerait que l’on nous pardonne

Quand en nous regrets et tristesse sonnent

Retrouver cette joie de vivre

Et à nouveau vivre, rire, être ivre.

 

Ivre d’amour et d’apaisement

Même si ça ne dure pas malheureusement

Eternel n’est pas le bonheur

Mais je sais qu’à jamais tu seras dans mon cœur.

                                               Vanessa

 

 

 

Mon livre me donne la joie de vivre

mon livre me rend ivre de bonheur

peut-être que quelque chose d'autre m’enivrera

 

Erwan

 

mon cœur me donne plein de bonheur comme ma demie sœur qui est ma lueur .

 

Erwan

 

quand je regarde le soleil je me dit j aimerais être pareil que mon frère

qui est déjà père

Erwan

 

 

On m'a toujours dit

 

On m'a toujours dit qu'il est interdit de toucher aux jouets de papa et maman

On m'a toujours dit qu'il est interdit de prendre le nez d une grande personne

On m'a toujours dit qu'il est interdit de manger mes ongles

On m'a toujours dit qu'il est interdit de tuer quelqu'un

On m'a toujours dit qu'il est interdit de faire le bazar très tard

mais on ne m'a jamais dit de ne pas tomber amoureux comme si j'étais ivre

Erwan

 

Mon pépé

Il y a maintenant quatre ans que mon pépé est décédé

et ça fais quatre ans que je veux le rejoindre dans le ciel

Ne t’inquiète pas pépé j’arrive bientôt

pour être avec toi pour toujours

et plus rien ne nous séparera.

Erwan

 

Quand il pleut je suis déprimé,

quand le soleil arrive

je suis heureux

comme pas possible

 

Erwan

Repost 0
Published by noslecturesannefrank.over-blog.com - dans Poésie
commenter cet article
21 janvier 2014 2 21 /01 /janvier /2014 14:55

Et si comme Ponge, on partait d’un objet ou un animal qui nous est cher… ?


Grand et fier, il dompte les flots,

La liberté fait gonfler ses voiles blanches,

Sa solide coque écarte les eaux,

malgré les tempêtes, jamais il ne penche.

Vogue tantôt à tribord, tantôt à bâbords,

Ses calles pleines à craquer d’or,

Grand et fier, il domine les flots,

Ainsi est fait mon bateau…

                               Marie-Lo

 

Tu me réveille mon beau réveil tous les matins

Incassable, inusable, immortel comme le ciel

Incassable, inusable, remontable, raccordable

Le temps passe mais pas toi, tu restes là mon petit chat

Dring dring dring, je me réveille, mon ancêtre de réveil.

                                                                              Loubna

 

Chat

Tes grands yeux dans le noir

qui me regardent, qui me surveillent

tu me demandes de l’amour, je t’en donne

tu m’en donne,

quand je suis triste, tu viens vers moi,

tu lèches mes larmes avec ta petite langue râpeuse

et tu ronronnes, tu ronronnes, tu ronronnes

et je te caresse.

reste avec moi, chat

                Dorine

 

Chien

Fidèle compagnon de toujours

Amis de tous les jours

Amusement et tristesse

Forment ton quotidien

Amuse-toi avec moi

Je te tiens, chien

                Dorine

 

 

Coralie prend son envol à travers deux anges aux parcours similaires...
 

Mon Ange

 

Mon ange tu vivais d'

Amour et de douceur

 

Mais cet amour

A mal fini

 

Tu es tombé en bas et

Tes ailes se sont

Repliées

 

Maintenant tu vis de

Noirceur et de tristesse

 

Alors pour fuir cette

Noirceur

 

Tu as décidé de prendre

Tes ailes et de t'en

Aller

 

Coralie

Mon Ange

 

 

Tu vivais d'

Amour et de

Passion

 

Mais cet amour

Et parti

 

Et t'a brisé

Le cœur

 

Maintenant le

Seul endroit

 

Ou tu veux

Aller, c'est

Dans le

Noir

 

La seule chose

A laquelle tu penses

 

C'est à prendre

Ton envol

 

Et de rejoindre

La lumière

 

Coralie

 

 

 

La forme courte des haïkus séduit Thomas, l'humour affleure parfois dans ses sombres pensées

 

 

Et si le chauve avait gagné la liberté

D'avoir le droit d'aimer

Imaginez!!!

 

Par un doux clair de lune

Terrible pensée qui me répugne

Le suicide

 

Mes cheveux

Un vague souvenir

Chauve

 

Le permis a points

Oppressant pour certains

Marrant pour d'autres

 

dans le noir je cherche l'espoir

une ouverture

pure

 

Thomas Bocahut

 

 

 

Pénélope n'est pas dans le cours mais souhaite apporter sa contribution !

 

 

La liberté s'est envolée , la vie n'est pas infinie,

la couleur de la lune m'aide à y croire,

sa couleur est si douce que j'en oublie le mal

les souvenirs les plus beaux me font aimer la vie à nouveau …

 

Pénélope

Repost 0
Published by noslecturesannefrank.over-blog.com - dans Poésie
commenter cet article
14 janvier 2014 2 14 /01 /janvier /2014 14:41

Ecriture poétique, écriture contrainte où il faut intégrer un maximum de mots de la liste suivante constituée d’un mot donné  par chacun : maman, lune, gommette, couleur, chauve, douce, souvenir, liberté, aimer, suicide.

 

Intégrer un maximum de mots… Ou pas…

 

Quand la lune arrive

 

Quand la lune arrive

Je vois ma douce maman

J'ai l’impression d'être libre

Ses yeux sont remplis d'amour

Comme mon cœur

Rempli de souvenirs.

                Erwan

 

Ma maman regarda la lune

Elle avait mis des gommettes sur la vitre

Où elle avait marqué "Liberté"

Elle s'est souvenue de quelque chose

Un souvenir, un homme chauve !

Que maman aimait mon papa !

Elle se rappelle de lui, il est mort !

Le lendemain,  il y avait un arc-en-ciel

Avec de douces  couleurs

Et maman repris le moral.

                                Luca B

 

Doux souvenir

 

Ma Maman me rappelle ce doux souvenir

Un souvenir de Gommette.

J’aime beaucoup ce petit chat

D’une couleur si douce.

Elle était grise,

pareille à la lune.

Telle mon papynou au crâne

Chauve et luisant

Ce souvenir me libère de ma tristesse.

Suicide-toi, tristesse.

 

Dorine

 

 

A partir d'une nouvelle source d'inspiration (amour, Nanny, intimité, fenêtre, livre, joyeux/se), l'affection pour les grands-parents se révèle... 

 

Ma Grand-mère,

 

Ma Grand-mère est un amour

Je l’appelle Nanny

Ma Nanny respecte mon intimité

Et vient me voir à côté de la fenêtre

Quand j’ai besoin d’elle.

J’aime bien lire un livre, seule.

Mais quand elle est là, plus besoin de livre

Plus besoin d’intimité, juste besoin de sa chaleur.

Ma Nanny me rend joyeuse. 

 

Dorine

 

  GRAND PERE

Grand père tu es parti en promenade quelque mois avant ma naissance

tu es parti loin, très loin

Sur des photos de toi, ton ombre et la lumière illuminent ton regard.

Je t'aime quand même grand père.

 

Manon

 

 

Mon grand-père

 

Quand je suis seul devant ma fenêtre, je pense à mon grand-père. Je me souviens de tous les moments que j'ai passés avec lui. J'ai beaucoup d'amour pour lui, mais la vie n'est pas éternelle et malheureusement, il s’est éteint.

Parfois, je rêverais qu'il se rallume pour être avec lui.

Je t’aime et t aimerai toujours pépé, tu resteras gravé dans mon cœur… au revoir.

                                                                        Erwan

 

 

Je t'aime de tout mon amour

Ce livre d'amour,

J'aime le nouveau livre.

J'adore Nanny, qui ma offert un journal intime.

Je n’aime pas être seule, ça me rend très triste.

                                                 Maude

 

 

 

...ou l'amour des livres !

 

Les livres. Incompris. Rejetés, pleins de sagesse, de pensées.

Des livres de trente, quarante ou cinquante ans…

Qu’ils soient jeunes ou vieux,

leur savoir est infini.

Leur monde plein de magie, de fantaisie

Et d’histoires aussi.

 

 

Mais pas seulement...

 

Loubna

 

La vie est un mystère plein d’amour, de colère

Ma vie est ici avec toi mon bel ami

Je ne peux t’oublier, en moi, tu es ancré

Je t’aimerai toujours, mon incurable amour

                       Loubna

 

 

Inspirée par son unviers Marie-Lolita s’oriente vers un acrostiche

 

Seule. Autour de moi, le noir le plus épais,

Et la solitude me noie, je disparais.

(h)Umble lumière apparaissant, ombre noire évaporée.

La cage qui retenait l’ange enfermé,

Soudainement, s’est brisée, et l’ange s’est envolé.

                                                                                              Marie-Lolita

 

Avec le mot VISAGE et la liste suivante (Promener, aube, sentir, ombre, amitié, lumière, regard), un autre acrostiche naît.

 

Voir  ton regard me fait sourire

Il est aussi pur que la rosée de l’aube que je respire.

Sentir ton amitié, telle une rose sur le bord du sentier,

Avant l’aube, on se promenait sur un chemin qu’on a tracé,

Grande ligne rouge, au dessous de ton nez, lumière embrasée

Et dans l’ombre des autres, impossible de prouver que notre amour était vrai.

 

                                               Marie-Lolita

 

 

 

Maude et Mounia  imaginent des acrostiches à partir de leur prénom.

 

Mystérieuse                                                          

Olive est la couleur de ses yeux

Unique au monde

Naturelle dans sa démarche

Image d'une bonne a.v.s

A garder pour toujours

                Maude et Mounia

 

 

 

Marante

Au joli sourire

Une fille très gentille

D'une quinzaine d'annés

Et surtout travailleuse

                Maude et Mounia

 

 

 Et pour ceux que les contraintes n'éclairent pas... Ecriture libre, forcément l'amour inspire... :

 

 

Prescillia

 

Quand je t'ai vue pour la première fois,

je me suis dit, quel est ton nom ?

Elle devint mon amie

Tous les soirs, je me promenais,

je cherchais

le bout de son nez.

Mais un jour fut son départ,

elle ne m’a plus jamais parlé.

Pourquoi ?

Tous les jours, je me dis

peut-être un jour viendra

où tu me reparleras.

Je t'aime

                Erwan

 

 

 

Repost 0
Published by noslecturesannefrank.over-blog.com - dans Poésie
commenter cet article
10 septembre 2013 2 10 /09 /septembre /2013 15:35

Après nous avoir régalés ici avec ses quatre premiers chapitres, Marie-Lolita s'est associée à d'autres camarades et ils alimentent désormais leur propre blog !

 

Bravo à eux , et bonne écriture collective. Rejoignez-ici Le clan des enfers  !

Repost 0
Published by noslecturesannefrank.over-blog.com - dans Collégiens graines d'écrivains
commenter cet article
1 février 2013 5 01 /02 /février /2013 10:45

Nous avons lu des extraits de L'enfant des Ombres de Moka, l'histoire ne manque pas de suspens. Une des pensionnaires, Morgane voit des Ombres maléfiques semer la terreur dans les dortoirs. Filles et garçons veulent se rejoindre dans cet internat non mixte... Que va-t-il leur arriver ?

 Sheun nous propose une suite !

"Les filles se firent attaquer par les ombres quand  tout à coup les garçons attaquèrent   les ombres pour que les filles puissent s’enfuir.

 Soudain les garçons se trouvèrent  prisonniers à leur tour.

Mais comme les filles étaient parties avant que les garçons se fassent attraper, les filles ne savaient pas que les garçons s'étaient fait prendre.

Du coup, le lendemain matin, lorsque les filles allèrent réveiller les garçons, elles s’aperçurent que les garçons n’étaient pas là.

Alors elles commencèrent à s’inquiéter. Donc, elles partirent à leur recherche et les sauvèrent."

Hervé Sheun

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Empruntez le roman si vous voulez voir comment chacun s'en sort dnas cet univers menaçant !

Repost 0
Published by noslecturesannefrank.over-blog.com - dans Suites de récits...
commenter cet article
31 janvier 2013 4 31 /01 /janvier /2013 13:20

C’est encore Pénélope qui nous raconte une drôle d’histoire, poétique, pleine de suspens et à la limite du paranormal… Ne serait-ce pas ça, le « genre fantastique » ?

 

La couleur de cette chose était si noire, noire comme l'enfer...

La chaleur était lourde, le temps, on ne pouvait même pas l'expliquer.

C'était le hasard de tout :

Je me suis levé de mon lit, il était seulement 4 heures….

Mais comme par hasard, une chose m'avait poussé à me lever

et à aller à la cuisine, mais j’y suis allé naturellement comme si rien ne m'avait poussé à y aller.

Mais j'avais oublié que dans la cuisine il y avait cette fenêtre et  que d'ailleurs elle menait à endroit précis.

Ce n'était pas mon jardin, c'était le jardin de la maison d'en face, mais maintenant, il n’y a plus personne. Mais souvent, je vois cette petite fille passer toute la journée, elle essaye d’entrer dans la maison inhabitée ou bien si elle n'y arrive pas, alors elle reste dans le jardin et elle regarde cette fenêtre, celle là même à travers laquelle je regarde.

 

Soudain je me retourne et je vois deux vers qui tombent de leur place, je vais les ramasser.

Une fois que les bouts de vers sont ramassés, je retourne vers la fenêtre, et je revois cette petite fille. Cependant, devant elle une chose me cache la vue. On dirait un homme. Un homme justement qui est en train de la viser par un pistolet. Je ferme mes volets, soudain j'entends le coup de pistolet partir.

J’ouvre à nouveau mes volets car ceci me paraissait inquiétant, et ce que je vois, c'est la petite fille toujours à sa place. J'aurais cru qu'elle se serait fait tirer dessus, mais non, elle est toujours là.

 

Ses yeux visent un endroit dans le vide, vers moi en tout cas, voire légèrement à côté. Je me retourne sans trop savoir pourquoi, mais tout me semble normal, je préfère donc ne pas m’en faire.

        Pénélope

 

 

Repost 0
Published by noslecturesannefrank.over-blog.com - dans Collégiens graines d'écrivains
commenter cet article
30 janvier 2013 3 30 /01 /janvier /2013 09:12

Nous l'attendions, le voilà : Marie-Lolita s'est remise à l'écriture pour notre plus grand plaisir !

 

IV : Le départ vers une contrée inconnue.

Scorpion Enflammé, Lune Argentée, Mamba Noir, Démon des Enfers et Cerbère rentrèrent de leur patrouille de chasse avec une quinzaine de mulots, une belle dizaine de lapins, quelques oiseaux, et du poisson, de quoi faire un bon banquet. Démon des Enfers, lui, peut maîtriser le feu, et donc, cuire le gibier. C'est toujours meilleur quand c'est chaud. J'offris un poisson, un lapin et deux mulots cuits aux invités.

« Tenez, restaurez-vous, dis-je, vous aurez sans doute besoin de toutes vos forces si nous combattons le Clan du Désespoir.

- Merci infiniment, mais, qu'est ce que c'est ? Ça sent meilleur que le gibier que l'on chasse sur notre territoire, demanda Gardien des Profondeurs.

- C’est normal, quand le gibier est chauffé suffisamment avec le feu, le goût est bien meilleur, leur expliquai-je.

-          C'est délicieux, merci, dit Lune du Soir.

-          Ce n'est pas moi qu'il faut remercier, mais Démon des Enfers.

-          Et bien, merci à lui, mais au fait, où est Cœur ? Demanda Lune

-          Je l'ai vu discuter avec Petit Ange, mais je m'inquiète un peu, dis-je

-          Pourquoi ? Ce n'est qu'un chaton innocent, dit Gardien des Profondeurs

-          Il est très fort pour convaincre, supplier, et entraîner les autres dans des endroits vraiment... impensables.

-          Ah d'accord, dit Gardien, tiens ? Ils quittent le camp, s’il est vraiment comme ça, on ferait mieux de les suivre, non ?

- Oui, on ne sait jamais, de plus, s’il refait des bêtises, je reporte son baptême à plus tard. Allons-y, je m'inquiète, c'est mon petit frère, quand même.

- Oui, allons y... désolé, ce n'est pas à moi de dire ce que vous devez faire, s'excusa Lune du Soir

Je quittai le camp en compagnie des deux étrangers, tout en suivant les traces de Petit Ange et de Cœur du Crépuscule, ils se dirigèrent vers un endroit que j'adore, bien qu'il soit en plein cœur du Bois Fantôme. On l'appelle ainsi car il est toujours entouré de brume, l'endroit où ils se dirigent se nomme le Lac d'un Jour. Ce n'est pas vraiment un lac, c'est plutôt une immense flaque d'eau, qui n'apparaît seulement après une forte pluie, or, il se trouve qu'une pluie assez forte pour qu''apparaisse le Lac, on en a eu une pas plus tard que ce matin. Je me demande ce qu'ils vont faire là-bas, heureusement, le camp n'est pas très loin, je devrais avoir le temps de les ramener sans que l'on remarque mon absence. Mais j'étais tellement perdue dans mes pensées que j'en avais oublié de suivre les traces du fugueur et de l’inconnu. Heureusement, on entendit un plongeon, le lac n'était plus très loin. On entendit des voix assez proches.

«Allez, viens, l'eau est super bonne, et puis, ce n'est pas profond, dit une voix qui ne m'était que trop familière.

-          non, je ne suis qu'un inconnu, je n'ai pas envie de faire mauvaise impression à ton Clan, petit, et puis, tu m'as dis que c'était ''juste pour regarder'' pas pour s'y baigner, répondit Cœur du Crépuscule.

-          Allez, c'est qu'on petit plongeon, tu ne vas pas me dire que tu as peur de l'eau, si ?

-          Quoi ? Non, je suis du Clan des Mers, quand même.

-          C'est quoi une mer ? C'est de l'eau ? C'est du feu comme au fond du trou de la montagne ?

-          Non, une mer, c'est comme une rivière, mais avec une seule rive, et l'eau est salée.

-          Ah ok, et tu n'es jamais allé dedans ?

-          Non, pourquoi cette question ?

-          Parce que ça veut dire que tu as peur de l'eau ! Trouillard, trouillard, trouillard !

-          Sale petit... attends-moi, tu vas voir ! Dit Cœur du Crépuscule juste avant de se préparer à sauter dans l'eau.

Je me décidai à intervenir et arrêter cette idiotie.

-          Stop, c'est bon, on se calme... Petit Ange, tu n'es même pas apprenti, tu n'as pas le droit de sortir du camp, et il me semble t'avoir puni, non ?

-          Mais quoi ? C'était juste pour lui montrer le lac, c'est bon, dit le chaton en faisant la moue.

-          Allez, on rentre, et tu demanderas à Démon des Enfers de te sécher avec du feu, dis-je avec un sourire en coin.

Sur le chemin du retour, Petit Ange n'arrêtait pas de questionner Cœur du Crépuscule sur le Clan des Mers, le territoire, le gibier, et le mode de vie, ça me permit d'en apprendre un peu plus sur eux.

« et c'est quoi les méchants animaux qu'il y a dans le territoire ?

-          dans l'eau, il y a des méchantes créatures, elles sont toutes transparentes et te piquent avec des fils, tu peux en mourir, ça s'appelle des méduses.

-          Et c'est bon à manger ?

-          Je ne sais pas, on a jamais essayé, mais ça n'as pas l'air bon...

-          on est arrivé, annonçai-je, Petit Ange, va te sécher, en attendant, je vais m’occuper des autres chatons, d'accord ?

-          Ah non ! Je veux être le premier baptisé, moi ! C'est pas juste, pourquoi toujours les autres avant moi ?!

-          Parce que tu fais trop de bêtises...

-          … pas vrai, j'en fais un peu, mais quand même !

-          Bon, ok, tu passeras en premier, mais si tu continue comme ça, je te refile à Cerbère

-          ah nan ! Pas lui, il me fait peur avec ses esprits qui volent autour de lui !

-          Bon, alors tu arrêtes...

-          d'accord.

-          Allez, va te sécher, je ne le répéterai pas.

-          Et ben, c'est une sacrée boule d’énergie, celui-là, dit Gardien des Profondeurs.

-          Il à l'air d'avoir fait des bêtises toute sa vie, commenta Cœur du Crépuscule.

-          je sais y faire avec les chatons, mais celui-là, si un jour je devais m'en occuper, il me donnerait du boulot, dit Lune du Soir

-          ça, je ne vous le fais pas dire, il est tellement difficile à gérer, même mère n'arrive pas à s'en occuper, vivement qu'il soit apprenti, répondis-je.

-          À ce point ? Pourtant il est mignon comme tout... répondit Lune

-          il ne faut pas se fier aux apparences... dis-je,

Repost 0
Published by noslecturesannefrank.over-blog.com - dans Collégiens graines d'écrivains
commenter cet article
16 janvier 2013 3 16 /01 /janvier /2013 15:48

 

La tristesse et la douleur du chaton maintenant chat était telle qu'il était dégoûté de voir le départ de son ami, « Le Grand Dragon ». Il y a encore quelques années, ce même dragon est venu le trouver et l'a élevé, il a joué avec lui, l'a relooké, l'a emmené voir la lune 7 fois et 2 fois sur 7, il a vu la nuit étoilée. En ce temps là, magic était un jeux à la mode. Ils le jouaient partout  : sur un tableau ou une feuille de papier bleu assis sur une chaise.

« Au revoir » dit-il à son petit chaton. D'un œil triste, il regarda son protégé qui était plein de souffrance et d'incompréhension mais il aimait la liberté plus que tous. Depuis ce jour les chat retombent toujours sur leurs pattes parce qu'ils ont été élevé par un dragon qui leurs a appris à tomber du ciel ...                Nathan

Repost 0
Published by noslecturesannefrank.over-blog.com - dans Avec les mots - j'en invente...
commenter cet article
14 décembre 2012 5 14 /12 /décembre /2012 11:40

Attention, pensez à aller dans "Collégiens, graines d'écrivains" pour retrouver les deux premiers chapitres.

III : Le début de la prophétie

La nuit commence à tomber, pensais-je, c’est parfait, on pourra mieux repérer les fleurs de feu. Tout ce que je sais, c’est qu’elles sont orange et qu’elles projettent une lueur qui ressemble à une flamme. Pétale de Fleur raconte même que, une fois qu’elles sont mûres, s’embrasent, c’est celles-là qu’il faut trouver. Ange et moi marchons côte à côte,nous éloignant de temps en temps pour chasser un peu et nous redonner des forces. On arriva au pied du volcan, quand Ange me dit quelque-chose.

« Dit, Aigle je peux toujours t'appeler comme ça ?

-          Oui ?

-          Tu connais la légende, celle des 7 jours ?

-          Bien sûr, si un chef est brûlé, il faut attendre sept jours et sept nuits avant qu'un guerrier puisse retourner sur la montagne. Même un chaton la connaît, pourquoi ?

-          Étoile des Enfers a été brûlée, il n’y a que quatre jours, tu penses que …

-          Étoile m’avait choisi pour lui succéder, moi je t’ai choisie, donc, d’une certaine logique, on ne risque rien, et puis, ce n’est que pour quelques plantes.

-          Oui, tu as sans doute raison, et d’ailleurs …

-          Qu’est-ce qu’il y a ?

-          Prem’s ! dit-elle avant de piquer un sprint remarquable, vers une petite lueur orange.

-          Eh c’est pas juste ! Attends-moi ! criai-je pour qu’elle puisse m’entendre.

-          Première arrivée, première servie !

C’est ce qu’on va voir, vu que je maîtrise la magie, je me transformai en aigle, mon animal fétiche, et piquai vers la fleur qu’elle avait vue.

«  Tricheuse, tu peux te transformer en aigle, si c’est comme ça, gare à tes ailes.

Et sur ces mots, elle fit apparaître ses ailes d’ange et s’envola. Mais à peine ai-je eu le temps de faire un battement d’aile qu’Ange me dépassa, le meilleur moyen de gagner de la vitesse, comparée à sa technique, c’est un bon coup d’aile et un piqué. Je la dépassai haut la patte, mais, à cause de la vitesse, m’écrasai contre le sol caillouteux de la montagne, en ayant tout juste le temps d’attraper la fleur.

« Prem’s, tu disais... souriais-je.

-          Oui, avant que tu ne te transformes en aigle, répondit-elle un petit sourire aux lèvres.

-          On s’en ramasse cinq chacune, d’accord ? Demandai-je.

-          D’accord, mais, et elle ? demanda-t-elle en désignant la petite plante de feu.

-          Tiens, tu en aura toujours une de moins à ramasser, bon, on part chacune de notre côté ou on fait la cueillette ensemble ?

-          Ensemble, je me méfie toujours de la légende, de plus, il y a plusieurs endroits rattachés à une légende sur notre territoire.

-          D'accord, on commence par les petites grottes, il y a toujours quelques fleurs.

-          Compris, celle-là dégage une faible lueur orange, on tente notre chance ?

-          Comme vous voulez, mais faites vite, dit une voix derrière nous.

On fit volte face.

-          Saule Blanc, qu’est-ce que tu fais ici ? et tes chatons, ils doivent t’attendre.

-          Ne t’en fais pas pour eux, dit-elle en plissant les yeux, comme pour rire, il sont en train de jouer avec Petit Ange à chasser les insectes qui logent dans les buissons du camp, et je…

-          Retourne vite au camp, tel que je connais mon petit frère, ils sont déjà loin de la pouponnière, à chasser les renards, plutôt que les cafards et les fourmis, dis-je en lui coupant la parole.

-          Mince, oui, c’est vrai, tu peux venir, je pense qu’ils t’écouterons.

-          Qui ? les chatons ? Demanda Ange des Enfers.

-          Non, des guerriers, je pense, ils se sont introduits sur notre territoire, personne ne les connaît.

-          Ange, tu veux venir ou cueillir les fleurs ?

-          Je viens, je pense que ce sera mieux.

-          Oui, tu as sans doute raison, dis-je en prenant la fleur de feu entre mes crocs.

Saule Blanc, Ange des Enfers et moi nous dirigions vers le camp, quand des voix retentirent.

« Ennemis en vue, à l’attaque, les chatons et les anciens, cachez-vous, nous allons les combattre.

-          Oui Étoile de l’Ange, compris, je m’occupe de celui qui est en tête.

-          A l’attaque !

Et sur ces mots, Petit Ange, Petit Écureuil, Petit Cœur et Petite Flamme sortirent des buissons et nous attaquèrent. Petit Écureuil me sauta dessus et me mordit à la nuque, ce n’est qu’un chaton, il n’a pas assez de force dans les mâchoires pour faire vraiment mal. Mais, alors que je ne m’y attendais pas, il se mit à griffer mon épaule. Je fis un mouvement du cou et le petit chaton roux glissa de mon dos, mais resta accroché à ma nuque. Il n’avait pas bougé et resta pendu à ma gorge, tout en continuant à me griffer.

« Mais qu’est-ce que vous faites ? Ça va pas ou quoi ?! Petit Ange, tu m’avais promis de rester au camp, qu’est-ce que ça veut dire ?!

-          Ah mince, désolé grande sœur, je ne vous ai pas reconnus, je croyais que c’était d'autres ennemis, désolé, dit le petit garnement blanc en baissant les yeux.

-          Quels ennemis ?

-          Ceux qu’on a capturés, ils sont au camp, ils était forts, mais on les a battus quand même, répondit Petite Flamme en relevant le menton bien haut.

-          Et c’est moi qui les ai repérés, d’abord, dit Petit Cœur qui essayait de monter son menton plus haut.

-          Et qui a donné l’ordre d’attaquer ? c’est moi, les nuls, dit Petit Écureuil en tirant la langue.

-          Nul toi-même, parce que c’est moi qui les ai battus, toi tu es resté en arrière, d’abord, dit Petit Ange, qui essayait de faire le fier.

-          Normal, j’élaborai une stratégie, contrairement à toi, qui à foncé tête baissée.

-         

-          et toc, dit-il avec un sourire moqueur.

-          C’est bon ? vous avez fini de vous vanter de vos exploits ?! allez, on retourne au camp.

-          Tu ne vas pas nous punir ?

-          Ça dépend des intrus...

La pluie commençait à tomber quand on arriva au camp. Au milieu, Dragon Noir, Cœur Noir et Fleur Noire était près de trois chats inconnus, sauf que ces deux deniers étaient en train de se chamailler, pour une broutille, comme toujours.

« ET TU TE CROIS MEILLEUR QUE MOI ? MÔSSIEUR SE CROIT TOUT PERMIS, ON DIRAIT !!!

-          MOI AU MOINS JE NE SUIS PAS UNE VIEILLE GATEUSE, RETOURNE CHEZ LES ANCIENS, TES TIQUES DOIVENT T’ATTENDRE !!!!!

-          ET TOI, VAS CHEZ TA MERE, ELLE T’ATTEND POUR QUE TU REJOIGNES LE CLAN DES ETOILES, AU MOINS CA NOUS FERA DES VACANCES !!!!!!!

-          Allons, tu n’aimerais pas perdre ton frère chéri, si ?

-          Espèce de sale…

-          Je sais, je suis gentil avec ma peste de sœur casse patte et surtout…

Il n’avait pas fini sa phrase que Fleur Noire se jeta sur lui et le plaqua au sol en feulant. Cœur Noir lui martela le ventre, se releva et la mordit au cou. Elle se mit à courir vers un arbre et le percuta, puis des bogues tombèrent des branches  et atterrirent sur eux. Ils prirent la fuite, la queue entre les pattes.

« Battus par un châtaigner, quelle honte, dit Saule Blanc, surtout pour une broutille.

-          TOI, OCCUPE-TOI DE TES AFFAIRES ET RETOURNE NOURRIR TES GOSSES, rétorquèrent les jumeaux.

-          Tiens, Étoile d’Aigle, je ne pensais pas que tu reviendrais si tôt, tu as déjà ramassé toutes les fleurs de feu ? demanda Pétale de Fleur, ou c'est pour les visiteurs ?

-          C’est pour les intrus. C’est eux ? répondis-je en pointant les nouveaux venus du bout de la queue.

-          Oui, c’est Petit Ange qui les a capturés, tu peux être fière de lui, il mérite d’être apprenti.

-          Vous êtes chef de ce clan? demanda un des étrangers, un chat maigre, noir et blanc, haut sur pattes, et avec quelques petites griffures sur l'oreille.

-          Oui, c’est à quel sujet ?

-          Nous venons vous demander de l’aide, nous vivons dans la misère à cause d’un Clan sans pitié, sans foi ni loi, nous vous implorons votre aide.

-          Ça dépend des guerriers. Qui est d’accord ? Demandai-je en haussant le ton.

Presque tous les guerriers étaient d’accord, même les apprentis et les chatons, Petit Ange y compris. Le Clan tout entier criait des phrases comme ‘‘ils vont voir ‘‘  ''on va les transformer en chair à corbeau ’’ et d’autres du même genre. Quand une question ou même plusieurs me traversèrent l’esprit.

«  Au fait, j’aimerais savoir, comment vous appelez-vous ?

-          Oh, désolé, je m’appelle Lune du Soir, et voici Cœur du crépuscule

-          Enchanté noble chef, merci de nous aider, dit une petite chatte roux foncée avec une tache blanche sur le dos.

-          …Et Gardien des Profondeurs.

-          Ravi de vous rencontrer, s’inclina un jeune chat gris-bleu foncé.

-          Nous venons du Clan des Mers, et nos ennemis prétendent s’appeler le Clan du Désespoir. Ils chassent sur notre territoire, nous ignorons comment les repousser, ou au moins, faire en sorte qu’ils acceptent de respecter les frontières. Nous mourrons tous de faim à cause d’eux, si c'est  possible de partir au plus vite, je vous en serai reconnaissant.

-          Bien, que ceux qui désirent s’allier se préparent, Petit Ange, Petite Flamme, Petit Écureuil et Petit Cœur, votre baptême d’apprenti sera célébré au coucher du soleil, ainsi que le choix du lieutenant. Je me tournai vers Lune du Soir et les deux autres chats. Vous pouvez participer si vous voulez, nous organiserons un banquet, vous pourrez rester pour vous restaurer.

-          Merci infiniment, vous nous aidez, nous nourrissez, encore merci.

-          Ne vous en faites pas, ce n’est pas de votre faute, répondis-je en souriant.

-          D’accord, mais je tiens quand même à vous aider, à notre tour, si vous en avez besoin.

-          Après, j'aurai deux, trois choses à faire, dis-je, comme pour moi.

 

A suivre...

Repost 0
Published by noslecturesannefrank.over-blog.com - dans Collégiens graines d'écrivains
commenter cet article
14 décembre 2012 5 14 /12 /décembre /2012 11:37

II : chez la guérisseuse

 

Je n'en croyais pas mes oreilles, griffez-moi, je dois rêver, non, c'est impossible, tout a l'air si réel, je ne suis quand même pas... devenue chef de clan ?! Et si, on dirait, ce n'est pas possible. En plus, je pensais que c'était une blague, mais non, les chefs ont bel et bien une étoile ou une lune sur le front, je pensais que c'était de naissance, moi. Je dois avoir une sale tête, moi, maintenant.

   Tout le trajet je réfléchis à mon devoir de chef, quel lieutenant choisir, Ange des Enfers serait toute appropriée à ce poste, quelles patrouilles organiser, et d’autres trucs qu’un chef doit faire. Quand, une fois arrivée au camp, la voix d’Ange des Enfers me tira de mes pensées.

«  Eh oh, y a quelqu’un la dedans ? dit-elle pour plaisanter.

-          Maintenant oui, répondis-je en souriant, qu’est-ce qu’il y a ?

-          Maintenant que tu es chef, tu vas nous laisser tomber, moi, Scorpion Enflammé, Mamba Noir, Démon des Enfers et Cerbère ?

-          Mais non, et dès qu’on en aura l’occasion, on se fera des parties de chasse jusqu’à avoir assez de gibier pour faire un festin.

-          D’accord, mais à une condition, dit-elle d’un ton qui me faisait penser à du chantage.

-          Laquelle ? demandai-je.

-          Tu me laisses devenir lieutenant, sinon, pas de chasse, ni de patrouille, répondit-elle, avec une innocence de chaton.

-          J’en avais bien l’intention je voulais te le proposer au coucher du soleil.

-          Youpi !

On rit, amusées par la gaieté d'Ange, quand Serpent Noir arriva en haletant.

-          Étoiled’Aigle… il faut … qu’on te parle… Pétale de Fleur… et moi.

-          Que se passe-t-il ?

-          Une vision … du Clandes Étoiles.

-          D’accord, j’arrive, je me tournai vers Ange des Enfers, désolé, je reviens tout de suite.

Je suivis l’apprenti guérisseur jusqu'à la tanière de Pétale de Fleur, d’où s’échappaient des odeurs d’herbes fraîches et d’autres séchées, je ne supporte pas d'y rester trop longtemps, car, vu qu’il fait souvent frais, quand on en sort, on a l’impression d’être en pleine Saison des Feuilles Vertes, alors qu’on est près de la Saison des Neiges. Heureusement, pour la dure saison, les guérisseurs posent une sorte de muraille pour que le froid n’entre pas, une petite ouverture permet aux chats d’y entrer et d’en ressortir, et, comme chaque année depuis que mon petit frère l’a attrapé, et en est réchappé de justesse, je prie le Clan des Étoiles pour que les chatons et les apprentis n’attrapent pas le mal blanc, je l’ai attrapé, et croyez-moi, c’est une maladie terrible. Pétale de Fleur m’attendait.

« Que ce passe-t-il ? Demandai-je, inquiète.

-          ‘‘ les jeunes chattes des ténèbres et de la lumière, un clan inconnu, aideront, et une alliance se créera pour affronter sang et désespoir ’’ voilà ce qu’ils ont dit, tu as une idée ?

-          Moi pas comprendre Clan des Étoiles, dit Serpent Noir pour rigoler et détendre l’atmosphère, mais ça ne fit qu’alourdir l’air.

-          Ce n’est pas marrant DU TOUT, Serpent Noir, gronda Pétale de Fleur, d’habitude si calme, TU N’EST PLUS UN CHATON !!! pardon, je me suis laissée emportée, tu ne sais vraiment pas, Étoile d’Aigle ?

-          Aucune idée, je suis nulle aux devinettes, surtout celles du Clan Des Étoiles, répondis-je avec un sourire triste et honteux.

-          Chat-ténèbres ici, dit Serpent Noir en me pointant avec sa queue, et chat-lumière écouter derrière barrière de branche.

-          Crotte de souris, grillée, dit Ange Des Enfers.

-          Ange, pourquoi est-tu là ? demandai-je.

-          Le soleil est presque à midi et tu n’es pas revenu, puis j’ai entendu crier, et je me suis approchée, désolé Étoile d’Aigle, répondit-elle en s’inclinant.

-          Allez, pas de manière avec moi, ne t’inquiète pas, mais, à mon avis,  Serpent Noir a raison.

-          Moi toujours être très fort à devinette, dit-il d’un sourire satisfait.

-          Mais arrête avec ça, c’est amusant une fois, mais pas trois, répondit Pétale de Fleur, qui commençait à perdre patience, tu peux y aller Étoile d’Aigle, je vais essayer de réfléchir à la prophétie.

-          D’accord, je vais organiser une patrouille de chasse, tu as besoin de certaines plantes ?

-          Le froid arrive, si tu peux me ramener quelques fleurs de feu, tu me sauves la vie et celle des futurs malades.

-          Tout de suite, elles poussent près de la montagne, c’est ça ?

-          Oui, mais fait attention de ne pas te brûler, et aussi de l’eau de la rivière si possible, pour affaiblir les fleurs de feu afin de les déplacer.

-          D’accord, je reviens quand le soleil déclinera.

-          Parfait, ça me convient.

Je la saluai d’un signe de tête; bon, tout d’abord, chercher Lune d’Argent et Scorpion enflammé, les meilleurs chasseurs du Clan, Cerbère, Mamba Noir et Démon des Enfers nous aiderons à chasser, et si le Clan Des Cieux  nous attaque, on ne sera jamais de trop. Ensuite, faire un tour rapide près de la Montagne du feu Éternel pour ramasser des fleurs de feu. Mince, j’ai oublié de lui demander combien, une dizaine devrait suffire pour le camp. Après, chercher de l’eau à la rivière, et re-mince, je n’ai rien pour transporter l’eau, quelle cervelle de souris je fais. Une fois réunis les sept guerriers, je sais, c’est beaucoup pour une simple partie de chasse, mais bon. Je m’apprêtais à partir, quand Serpent Noir arriva avec une espèce de récipient fait avec la terre de la Vallée d’Argile.

« Tiens, ch’est pour mettre l’eau, déjolé du retard, mais, chinon, comment tu vas faire pour la ramener jusqu’au camp ?

-          Merci, juste à temps, remerciai-je, au fait…

-          Oui ? dit-il en déposant le récipient au sol.

-          Dit à Pétale de Fleur que je ramène une dizaine de fleurs de feu, d’accord ?

-          Tout de suite, dit-il en abandonnant l’objet de terre, et bonne chasse.

-          Merci, je le pris et le mis sur mon dos, puis me tournai vers la patrouille, on y va ?

-          Oui, le soleil projette ses derniers rayons, il nous faudrait à manger pour demain matin, dit Cerbère.

-          pas question de commencer la journée le ventre vide dit Mamba Noir.

-          Bon, on y va, je vous explique le trajet, d’abord, il faut que j’aille à la montagne, puis rapidement à la rivière, et après, on a tout notre temps pour chasser, d’accord ?

-          Mais pourquoi chasser après, et pas avant ? demanda Lune d’Argent, ce serait plus simple.

-          Non, au contraire, vu que c’est plus loin, on prendra plus de temps pour rentrer.

-          Ah oui tiens, c’est vrai, désolé Étoile d’Aigle, s’excusa la chasseuse argentée, je ne suis vraiment pas futée on dirait.

-          Tu n’as pas à t’excuser, dis-je en souriant, ou alors, pour faire plus simple je peux y aller seule, si ça vous dérange de faire le chemin. Je vous rejoindrai une fois que j’aurais fini, je pense que c’est mieux de faire comme ça.

-          Je t’accompagne, tu auras peut-être besoin d’aide, dit Ange des Enfers.

-          D’accord, Ange m’accompagne, on se rejoint près de la rivière dans quelques minutes, d’accord ?

-          Compris, Étoile d’Aigle, répondirent-ils en chœur avant d’adresser un signe de tête et disparaître dans les fougères.

Ange et moi allons du côté opposé, quand une voix enfantine retentit, j’espère que ce n’est pas ce que je pense, mais si c’est le cas, et j’en suis presque sûre, ça va barder pour lui.

«  tu paries combien que c'est cet imbécile auquel je pense ? Demandai-je à Ange.

-        trois mulots, ou deux oiseaux, dit-elle en rigolant.

-        D'accord, un poisson ou deux pour les anciens, répondis-je avec la même complicité.

-        Je suis le premier à avoir attrapé quelque-chose, je suis le meilleur chasseur des Clans et pas vous, hurlait une voix qui ne m'était que trop familière.

-          Tais-toi, tu effraies tout le gibier, et tu peux me dire ce que tu fais ici, Petit Ange ? personne ne t’as invité, il me semble, retourne au camp avant qu’Etoile d’Aigle ne remarque que tu nous as suivi.

-          Trop tard, Petit Ange, tu as attrapé ta toute première proie, bravo, dis-je en souriant.

-          Merci grande sœur, ça veut dire que je vais être apprenti ?

-          NON, TU VAS RESTER AU CAMP JUSQU’ A LA PROCHAINE ASSEMBLEE…

-          Mais grande sœur, je voulais juste chasser et aider le clan.

-          …ET INTERDICTION DE SORTIR DE LA POUPONNIERE.

-          Mais, pourquoi ?

-          Par ce que je m’inquiète pour toi et que je n’ai pas envie de perdre mon petit frère, d’accord ? dis-je presque au bord des larmes.

-          Oui grande sœur, je resterais sage, promis, dit-il, en relevant le menton, fier comme un guerrier, et ayant bien compris le message.

-          Et n’oublie pas ta proie, lui rappelai-je.

Il prit le chemin du camp accompagné de Mamba Noir et de son mulot. Moi et Ange des Enfers reprenons le chemin de la montagne.

A suivre...

Repost 0
Published by noslecturesannefrank.over-blog.com - dans Collégiens graines d'écrivains
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de noslecturesannefrank.over-blog.com
  • : Ecrits d'élèves : poésie, critiques de lecture, écrits personnels et d'invention...leur part de fiction.
  • Contact

Recherche

Liens